KIOSQUE

FCA-Renault : position commune du syndicat italien FIOM et de la FTM CGT

Communiqué de presse
19/06/2019

Les discussions entre FCA et Renault sur une éventuelle fusion se sont déroulées sans les syndicats et les travailleurs des deux groupes. Les travailleurs et leurs représentants ont été délibérément écartés remettant ainsi en cause tout processus normal d’information et consultations préalables sur les objectifs, les modalités et les effets d’un tel projet. Les gouvernements français et italien font fi du rôle fondamental des syndicats. Les syndicats, qui sont la seule voix des travailleurs ne peuvent certainement pas rester en marge d'un processus d'une telle ampleur. Ils doivent pouvoir représenter les intérêts des travailleuses et des travailleurs.

Nous considérons qu'il est essentiel que les gouvernements respectifs soient les garants de l'ouverture d’un réel processus d'information et de consultation au sein de chacun des deux groupes. Nous sommes préoccupés par ce projet qui ne repose sur aucune stratégie industrielle réelle mais exclusivement sur une stratégie financière. L’analyse des effets sur l’emploi n’a même pas été évoquée. Pour notre part il est urgent de relancer les investissements industriels concrets dans les usines et donc dans la capacité de production.

Ces investissements sont essentiels pour garantir l'emploi, par le biais de l'innovation et de la recherche-développement, en vue d'une nouvelle politique industrielle que les gouvernements doivent promouvoir et garantir. La transition écologique dans le domaine de la mobilité est un objectif concret , indissociable à l’amélioration des conditions sociales des travailleurs (conditions de travail, salaires, emplois). La CGT et la Fiom se sont rencontrées pour échanger des informations et élaborer une analyse commune sur les coopérations possibles. Leur volonté est de construire un travail commun pouvant fédérer les autres syndicats, en premier lieu à l'union européenne de l'industrie, dans le but de centrer l'avenir de la conception et fabrication des automobiles en Europe, intégrant les conditions de travail, les droits contractuels et syndicaux. Il est urgent que les institutions publiques, y compris européennes, apportent une réflexion approfondie sur l'avenir de l'automobile en associant les syndicats et les entreprises. L’avenir de la stratégie industrielle du secteur automobile constitue un enjeu majeur de la pérennité de l’emploi en Europe.

Elle doit permettre de mobiliser l’ensemble des acteurs autour de projets bénéficiant à tous pour affronter les défis des nouvelles mobilités, des véhicules propres autonomes. L’objectif unique de mettre en concurrence les travailleurs ne permettra jamais de se hisser à la hauteur des prochains enjeux qui nécessitent au contraire la mobilisation de toutes et tous si l’on veut maintenir la place de l’industrie automobile en Europe en ce domaine.

Lo dichiarano in una nota congiunta  Fabien Gache Délégué syndical central Cgt Renault e Michele De Palma segretario nazionale Fiom-Cgil e responsabile automotive.

Fiom-Cgil/Ufficio Stampa 


Communique de presse commun.pdf Communique de presse commun