Le Mans, CSE sur les question d'emploi et d'activité du site

Actualité du 30/10/2019


Plusieurs sujets importants pour notre usine, ses activités et les emplois qui en découlent ont été abordés lors de cette réunion ordinaire.

Activité MPR Disque

D’après le sous-directeur, la direction de l’établissement du Mans vient de présenter à la direction générale de Renault un plan d’action pour faire baisser le prix des disques MPR fabriqués au Mans de 32€ à 23€ alors que la concurrence Chinoise et/ou Indienne propose 21€. 
La direction générale qui a maintenant le dossier en mains statuera prochainement. Après quoi nous saurons si cette activité perdurera totalement ou en partie au Mans.

Comme l’ensemble des élus l’a rappelé, les aspects environnementaux et de qualité du produit doivent aussi être pleinement pris en compte plutôt que d’être occultés par la notion de « bas-coût » mise en avant par la concurrence.

Si perte d’activité il devait y avoir, celle-ci représenterait entre 600 000 et 900 000 disques par an et impacterait notre activité usine à compter de 2021.


DME : Contrat multi technique

Fin mai 2019, la direction annonçait dans un MEDIA la mise en place d’un contrat multi technique permettant de régler au plus vite tous les petits dysfonctionnements sur notre site.

Au vu de la dégradation des locaux et du peu de réactivité à les traiter, la CGT a demandé combien de salariés RENAULT étaient dédiés à ces missions... et bien tenez-vous bien : Aucun !
Et oui, encore une fois la direction a fait le choix de faire appel à de la prestation pour ces travaux et ce quitte à payer le prix fort et avec des délais d’intervention souvent trop longs.

La direction a fait savoir que ce contrat serait maintenu en 2020. La CGT a donc demandé à la direction que dans un souci de réactivité et d’économie face à ces dysfonctionnements, la direction devait changer son fusil d’épaule et attribuer ces travaux à des salariés RENAULT.


Capital temps collectif : et les intérimaires ?

« Fin octobre, plusieurs journées de CTC ont été posés.  Comment cela se passe-t-il pour les salariés intérimaires ?  S’ils ont   des   compteurs   négatifs, comment cela se passera-t-il   en   termes   de rémunération ? ».

Réponse direction : Si le contrat de travail d’un salarié intérimaire prend fin alors que son compteur Capital Temps Collectif est négatif, celui-ci ne sera pas impacté financièrement, et son compteur sera remis à zéro. Si telle n’était pas la règle, rapprochez-vous du syndicat CGT Renault Le Mans afin de   remonter d’éventuels dysfonctionnements.


Embellissement

Les élus CGT ont interrogé la direction pour savoir si elle prévoyait de créer une véritable UET embellissement et de renforcer celle-ci.

Réponse direction :  il n’est pas prévu de créer une UET spécifique à l’embellissement ni de renforcer l’équipe actuelle pour le moment. Les salariés travaillant à l’embellissement de notre site depuis des années apprécieront toute l’estime qu’a la direction pour leur situation, qui restera batarde, c’est-à-dire en prêt avec la possibilité à tout moment de retourner dans leur UET d’origine.


La santé des salariés, pas la priorité de la direction !

A ce jour, 205 salariés Renault et 135 salariés intérimaires travaillent en horaire de nuit. Le code du travail rend obligatoire la présence d’un infirmier dans l’industrie entre 200 et 800 salariés.
Les élus CGT ont donc légitimement demandé de rouvrir l’infirmerie pendant cet horaire. La direction interprète allégrement le code du travail en lissant la présence de personnel médical sur la journée et donc de laisser l’infirmerie fermée la nuit tout en admettant que cela pouvait engendrer des dysfonctionnements.

Cette  situation  est  scandaleuse  car elle fait courir un risque aux salariés  victime  d’un  accident  qui  ne  bénéficie pas d’un premier diagnostic donné par une ou un infirmier qualifié.

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le compte rendu complet ci-dessous.


cr_cse_du_29_octobre.pdf cr_cse_du_29_octobre